Développement : Le démarrage du second Compact attendu en août 2022, selon le patron du MCC au Burkina, Michael Simsik

Développement : Le démarrage du second Compact attendu en août 2022, selon le patron du MCC au Burkina, Michael Simsik

Le 13 décembre 2016, le Burkina entrait dans le cercle restreint des pays sélectionnés pour un second Compact du Millenium Challenge Corporation. Quatre ans après intervenait à Washington la signature de ce Compact, orienté sur le secteur de l’énergie. Avec l’adoption du décret de création du Millenium Challenge Account, en mars 2021, les choses se précisent. Et si tout va bien, ce vaste programme devrait être opérationnel en août 2022. C’est ce qu’a indiqué le directeur général du MCC au Burkina, Michael J. Simsik, lors d’un entretien réalisé vendredi 23 avril 2021 à Ouagadougou. Lisez !

Lefaso.net : Vous êtes le Directeur pays du Millenium Challenge Corporation au Burkina Faso. C’est quoi le MCC ?

Michael J. Simsik : Le Millennium Challenge Corporation (MCC) est une agence gouvernementale américaine indépendante qui s’efforce de réduire la pauvreté dans le monde au travers de la croissance économique. Créé en 2004, le MCC fournit des subventions et une assistance à durée limitée aux pays à faibles revenus qui répondent à des normes rigoureuses de bonne gouvernance : de la lutte contre la corruption au respect des droits démocratiques.

Le MCC travaille en partenariat avec les gouvernements des pays pour concevoir et planifier des investissements qui stimulent la croissance et aident les gens à se sortir de la pauvreté, en se focalisant sur des secteurs comme l’électricité, l’eau potable, les droits fonciers et les routes. À ce jour, le MCC a signé 37 compacts avec 29 pays d’une valeur de plus de 13 milliards de dollars. Ces compacts devraient bénéficier à environ 190 millions de personnes. Environ les deux tiers du portefeuille compact ont été investis en Afrique.

Beaucoup font la confusion avec le MCA… Quelle est la différence ?

Michael J. Simsik : Le modèle du MCC repose sur l’appropriation nationale. Cela signifie que depuis le début de l’engagement du MCC avec le Burkina Faso, le gouvernement burkinabè et la société civile ont montré la voie de l’identification des problèmes, à la conception des solutions et à la mise en œuvre de l’investissement.

Bien que le MCC soit une entité gouvernementale américaine, le MCA est une organisation créée par le gouvernement burkinabè pour gérer et superviser tous les aspects de la mise en œuvre de l’investissement du MCC. Avec seulement cinq ans pour mener à bien des projets vraiment difficiles, il est vital d’avoir une entité gouvernementale locale dédiée qui s’engage à garantir le succès des projets du Compact.

Le 13 décembre 2016, le Burkina a été sélectionné pour un second Compact ; qu’est-ce qui a milité en faveur du pays ?

Michael J. Simsik : Le MCC utilise un système de tableau de bord avec 20 critères différents pour sélectionner les gouvernements partenaires. Le tableau de bord évalue les pays sur leur engagement à diriger une gouvernance juste et démocratique, à investir dans leurs populations et à respecter les libertés économiques. Les données pour chaque indicateur que nous examinons proviennent d’institutions tierces indépendantes comme la Banque mondiale, Freedom House et la Heritage Foundation. Cela ajoute de la transparence à notre processus de sélection.

Pour être admissible à un financement, les gouvernements doivent passer au moins 10 des 20 indicateurs. Une fois qu’un gouvernement est admissible à un financement, il appartient au Conseil d’administration du MCC de sélectionner les gouvernements partenaires pour développer des projets. En 2016, le gouvernement burkinabè a adopté 13 des 20 indicateurs et le conseil d’administration de MCC s’est félicité de la façon dont le gouvernement burkinabè avait maintenu les investissements antérieurs du MCC du premier accord MCC-Burkina Faso Compact de 480 millions de dollars.

L’engagement continu du gouvernement du Burkina Faso à la fois en faveur de la bonne gouvernance et du maintien des investissements antérieurs du MCC a fortement résonné comme justification d’une collaboration plus poussée.

Lefaso.net : Le second Compact du Burkina a été signé en août 2020. Décrivez-nous le processus ayant abouti à cette signature ?

Michael J. Simsik : Une fois que le conseil d’administration du MCC a choisi le Burkina Faso en décembre 2016, le MCC a travaillé avec le gouvernement burkinabè pour examiner les facteurs limitant la croissance économique et freinant les investissements du secteur privé dans l’économie nationale. Avant l’avènement du COVID-19, le Burkina Faso avait l’une des économies les plus dynamiques d’Afrique, mais des investissements stratégiques supplémentaires sont nécessaires pour soutenir cette croissance. En collaboration avec le gouvernement burkinabè, nous sommes passés par une série d’étapes analytiques, allant de l’analyse des contraintes économiques et de leurs causes profondes à la proposition de projets potentiels pour concevoir un programme qui éliminera ces barrières. Finalement, nous nous sommes installés sur la conception de la solution et avons ensuite pu signer l’accord.

Lefaso.net : Quelles ont été les principales contraintes ?

Michael J. Simsik : Grâce à l’analyse que nous avons menée avec le gouvernement burkinabè, il a été déterminé que la poursuite de la croissance économique nécessite d’investir dans le secteur énergétique burkinabè. La quasi-totalité de la croissance économique dépend de l’accès à l’énergie et de son utilisation. Le nouvel accord de compact se concentrera sur la lutte contre le coût élevé, la mauvaise qualité et le faible accès à l’électricité au Burkina Faso en améliorant les infrastructures énergétiques, la capacité de production et la diversification des sources.

Lefaso.net : Pourquoi le second compact est-il axé sur l’énergie ?

Michael J. Simsik : Le deuxième Compact est axé sur l’énergie car la situation actuelle de coût élevé, de mauvaise qualité et d’un faible accès à l’électricité impactent les opportunités économiques. Un meilleur accès à une électricité fiable signifie que plus d’étudiants peuvent étudier la nuit. Cela signifie que les hôpitaux peuvent fournir de meilleurs soins avec des équipements fonctionnels. Cela signifie également que les entreprises au Burkina Faso peuvent se développer et prospérer. L’élargissement et l’amélioration de l’accès à l’électricité sont également un objectif clé du Plan national de développement économique et social (PNDES) du gouvernement burkinabè.

Lefaso.net : On le sait, le MCC est très exigeant envers les entreprises chargées d’exécuter les projets. Quels sont les critères d’éligibilité pour le choix des entreprises ?

Michael J. Simsik : Ensemble, le MCA et le MCC travaillent sur des projets difficiles et stimulants dans un délai relativement court. Il est important d’impliquer des entreprises capables de gérer et de mettre en œuvre ces projets rapidement et avec précision. Le MCC cherche à attribuer des projets à des entreprises qui peuvent adhérer aux normes de protection de l’environnement du MCC et s’engager dans des pratiques de travail équitable et sûre. La fraude et la corruption ne sont en aucun cas tolérées et le prix du travail doit être raisonnable pour la qualité du travail et basé sur les performances passées. Le processus de passation des marchés de MCC est ouvert à tous et nous encourageons les entreprises de tout le Burkina Faso à postuler. Nous encourageons toutes les entreprises à visiter le site Web de l’UCF et, éventuellement, le futur site Web du MCA, où tous les avis de marchés sont (et continueront d’être) publiés.

Lefaso.net : Il ressort du bilan du premier compact que les entreprises burkinabè n’ont pas pu remporter des marchés notamment par manque d’expériences et de connaissances des procédures et exigences du Millenium Challenge Corporation ; qu’est-ce qui est fait pour corriger cela ?

Michael J. Simsik : Certaines des passations de marchés les plus importantes du MCC nécessitent des années d’expérience spécifiques et un accès au capital, ce qui peut rendre difficile la qualification des petites entreprises. Dans ces situations, nous encourageons les entreprises confrontées à cet obstacle à former des coentreprises avec des entreprises plus grandes et plus expérimentées afin de répondre aux critères de qualification pour certains de ces marchés les plus importants. Pendant toute la durée de vie du Compact, le MCA achètera plusieurs types et tailles de biens, services et travaux ; et les petites et moyennes entreprises (PME) peuvent participer à de nombreux appels d’offres en tant qu’entité unique ou en tant que coentreprise avec de plus grandes entreprises.

Michael J. Simsik, directeur général du MCC au Burkina

Lefaso.net : Une fois lancé, le processus du second Compact peut-il être stoppé par le MCC pour une raison ou une autre ?

Michael J. Simsik : La mission du MCC est de réduire la pauvreté grâce à la croissance économique. Nous investissons beaucoup de temps et de ressources dans nos partenariats et le développement de nos programmes parce que nous croyons qu’ils amélioreront des vies. Malheureusement, nous ne sommes pas toujours en mesure de mener à bien ces projets. La plus grande menace pour un pacte est souvent l’engagement du pays en faveur de la bonne gouvernance.
MCC accorde une grande valeur à la bonne gouvernance et cela ne s’arrête pas une fois que le pacte a commencé à être mis en œuvre. Parfois, le MCC a arrêté la mise en œuvre du Compact ou suspendu la mise en œuvre en raison d’un coup d’État d’un gouvernement démocratiquement élu. Dans d’autres cas, le MCC a cessé de travailler sur une activité de compact spécifique en raison du non-respect des conditions suspensives par un pays.

Par exemple, en 2019, le gouvernement du Ghana a décidé de rejeter ses conditions convenues avec le MCC. Par la suite, MCC a suspendu 190 millions de dollars pour financer le secteur de l’énergie. En plus de la perte du financement, le Ghana n’est désormais plus éligible à participer à un projet potentiel de transport d’électricité avec le Burkina Faso dans le cadre d’un investissement concomitant du Compact régional du MCC, car la sélection dépend de la performance continue d’un pays sur le pacte bilatéral actuel avec le MCC.
Il est important de savoir que c’était une décision que le gouvernement du Ghana était pleinement habilité à prendre, mais il y avait un accord avec le MCC qui a été rompu et les conséquences appropriées ont suivi.

Lefaso.net : Quelles devrait être la situation énergétique du Burkina après les cinq années de mise en œuvre du second Compact ?

Michael J. Simsik : L’objectif du gouvernement burkinabè et du MCC est qu’à l’issue de notre partenariat de cinq ans, les habitants du Burkina Faso aient un meilleur accès et une meilleure qualité de l’électricité. Nous le ferons en renforçant la loi, la réglementation et les institutions du secteur de l’énergie afin de réduire le coût du service et d’améliorer les performances du secteur. Nous construirons un centre de distribution de l’électricité tout en modernisant celui existant et diminuant la production de l’énergie thermique coûteuse, en faveur d’une énergie solaire moins chère. Nous améliorerons le réseau de transport d’énergie de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso qui a eux seuls pourraient améliorer l’accès de l’électricité pour 4,3 millions de personnes.

Lefaso.net : Avec ces investissements, peut-on espérer la fin des coupures/délestages, surtout en période chaude ?

Michael J. Simsik : L’investissement du gouvernement burkinabè et du MCC pour renforcer le réseau électrique et la qualité de l’électricité devrait réduire la fréquence des pannes et de pénurie d’ici à la fin de la période de mise en œuvre de cinq ans. Plus précisément ces pannes et pénuries causées par une demande élevée due au temps chaud seront atténuées par les améliorations du réseau électrique qui faciliteront le mouvement de l’électricité autour du réseau national.

La température mondiale continue d’augmenter en raison des changements climatiques. Il est donc important que tout investissement aujourd’hui dans les infrastructures d’électricité au Burkina Faso soient capables de résister aux contraintes du réseau électrique pendant la saison chaude. Le MCC et le futur MCA disposent d’un personnel dédié à l’analyse des impacts environnementaux, ceux des investissements d’infrastructures et à la garantie que les investissements réalisés aujourd’hui puissent résister aux environnements de demain.https://www.youtube.com/embed/gLdVFV5cWBk

En termes de changement climatique en particulier, une action bénéfique du compact sera de contribuer à faciliter la transition de la production de l’énergie conventionnelle qui utilise le fuel lourd et a un effet négatif sur l’environnement, vers une plus grande utilisation de l’électricité solaire produite au Burkina.

Lefaso.net : Est-ce que les prix aux consommateurs vont vraiment baisser ?

Michael J. Simsik : L’un des meilleurs moyens de garantir que le prix baisse pour le consommateur est d’éliminer le déficit du secteur énergétique et d’assurer la viabilité financière des institutions du secteur énergétique du Burkina Faso. Ces institutions doivent améliorer les opérations financières avant de pouvoir offrir un prix raisonnable par kilowattheure aux consommateurs. Le gouvernement burkinabè s’est engagé dans des réformes sectorielles visant à améliorer ses institutions avant la mise en œuvre du compact. Cela permettra aux investissements réalisés pendant la mise en œuvre d’avoir les meilleures chances de succès en baissant le prix à la consommation.

Lefaso.net : Le président du Faso a signé le décret de création du MCA-BF 2, le 9 mars 2021. Après ce décret, à quand la mise en œuvre opérationnelle du second Compact ?

Michael J. Simsik : Les investissements du compact du MCC fonctionnent selon des échéances strictes de cinq ans. Et la construction de grands projets d’infrastructures se font pendant les cinq ans. Une fois que le décompte des cinq ans commence, nous ne pouvons pas nous arrêter… Le MCC investit beaucoup de temps dans l’élaboration des compacts. Depuis 2017, nous travaillons avec le gouvernement burkinabè pour identifier et étudier le plus grand défi de l’économie burkinabè et concevoir des solutions percutantes. Le compact devrait entrer en vigueur et donc devenir opérationnel en août 2022. Dans cette période actuelle de planification préalable à la mise en œuvre du Compact, trois activités majeures sont en cours.

Le gouvernement burkinabè doit accomplir les réformes requises comme condition pour l’entrée en vigueur du compact. La création et la dotation en personnel, le fonctionnement du Millenium Challenge Account, la création d’un conseil d’administration du MCA et l’organisation et la tenue d’une première réunion du Conseil. Les deux dernières étant déjà terminées, nous sommes donc sur la bonne voie pour atteindre ces objectifs de planification. A l’heure actuelle, plusieurs possibilités d’achats ont été publiées sur le site web de l’UCF Burkina (Unité de Coordination de la Formulation du second compact du Burkina). Bientôt le gouvernement burkinabè commencera à recruter le personnel pour le MCA. Les parties intéressées pour un emploi direct avec le MCA devraient continuer à consulter le site web de l’UCF.

Lefaso.net : Un mot de fin ?

Michael J. Simsik : On apprécie l’engagement du gouvernement burkinabè en général surtout les agences et les ministères qui sont plus concernés comme le ministère de l’Energie, le ministère des Finances et la SONABEL. On apprécie la volonté et l’engagement de tous les acteurs qui sont impliqués.

Propos recueillis par H.F. Bassolé
Lefaso.net

PlaneteActu.Com

Développement National