Reconduction du Premier ministre Christophe Dabiré : “On attend le gouvernement sur le terrain”, Eddie Komboigo

Reconduction du Premier ministre Christophe Dabiré : “On attend le gouvernement sur le terrain”, Eddie Komboigo

hristophe Joseph Marie Dabiré conduira le tout premier gouvernement du 2e mandat du président Roch Marc Christian Kaboré. C’est l’annonce faite par le secrétaire général du gouvernement, Stéphane Sanou, qui a lu le décret de nomination au journal télévisé du 20h à la télévision nationale le 5 janvier 2020. Lefaso.net a tendu a recueilli l’avis de certains des Hommes politiques (Dr Aimé Claude Tassembedo, Mouvement des Patriotes en Marche et Eddie Komboïgo, président du CDP (par l’entremise du chargé de la communication), Yéli Monique Kam, présidente du MRB

Dr Aimé Claude Tassembedo, Mouvement des Patriotes en Marche : Je n’ai pas d’objection particulière, parce qu’il y a déjà un indicateur en ce sens. Étant entendu que le peuple a renforcé sa confiance au chef de l’État, il va certainement tirer les conséquences, s’il a pu. Et, avec ses collaborateurs, il reprend les rênes du pouvoir et refait la même chose.

Cela a été démontré à l’Assemblée nationale, et donc, la tendance était déjà là. La reconduite du Premier ministre est la continuité. Mais on aurait pu espérer du renouveau. On aurait donné au moins une chance au changement, conformément à son discours.

Pour ma part, à priori, ce n’est pas les Hommes qui sont importants, mais ce qui va être fait par les Hommes. Est-ce qu’ils pourront s’en défaire pour aller dans le sens du peuple ? Même s’ils ont été élus, est-ce que c’est la volonté du peuple ? C’est la volonté des électeurs.

J’attends véritablement qu’ils aillent dans le sens du changement radical. Les Hommes peuvent changer, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas. A priori, je leur fais confiance. Il faut qu’ils s’engagent dans la gouvernance vertueuse. Il faut donner la voie à de nouvelles personnes proches du peuple, de la justice sociale et de la bonne gouvernance, pour enfin créer la cohésion sociale entre les personnes âgées et les jeunes, la création de l’emploi pour les jeunes.

Yéli Monique Kam, présidente du MRB : Si le président a mis du temps, c’est qu’il avait plusieurs candidatures ; donc, il a pris du temps pour les analyser. Ici, nous sommes en politique et le choix va prendre en compte les enjeux politiques. S’il compare Christophe Dabiré avec les autres candidats qualifiés qui s’étaient proposés, il faut qu’il prenne en compte la proposition des cadres du parti.

Il a renouvelé sa confiance à Christophe Dabiré, c’est à cause de son expérience dans la gestion du gouvernement passé, mais aussi son expérience dans la mise en œuvre du programme du gouvernement. Il faut le dire, il a jugulé à sa façon, la fronde sociale. Il s’est bien intégré au parti MPP.

En ce qui concerne les défis à relever, il y a à prendre en compte le chômage des jeunes ; l’efficacité de l’éducation, parce que les écoles sont fermées, sans compter le cas des élèves déscolarisés. Il faut que l’État déploie tous les moyens pour résorber les problèmes. Il faut inclure la question de la femme, car la représentation de la femme a régressée à l’Assemblée nationale, car c’est une volonté politique.
On voit dans les camps de déplacés de Kaya, qu’il y a des femmes qui vendent leurs charmes, à cause de la pauvreté”.

Eddie Komboïgo, président du CDP (par l’entremise du chargé de la communication) : Je note la reconduction du Premier ministre. Il n’y a pas de commentaire à faire. On attend le gouvernement sur le terrain. Notamment la mise en œuvre des promesses de campagne. C’est à dire la paix, la sécurité, la réconciliation nationale et la relance de l’économie afin de trouver de l’emploi aux jeunes et renflouer le panier de la ménagère.

E.K.S/ Lefaso.net

PlaneteActu.com

National POLITIQUE