Cellule féminine du CERFI/Nord : Plus de 100 femmes à l’école de la paix et de la spiritualité

Spread the love

Le Lycée Professionnel Régional Naaba Kango (LPNK) de Ouahigouya a servi de cadre de tenue de la session de formation initiée par la cellule féminine Nord du Cercle d’Etudes de Recherches et de Formation Islamique (CERFI). Se déroulant du 24 au 27 décembre 2020 sous le thème : « Rôle et place de la femme musulmane dans la société, c’est la Directrice Régionale de l’Ecole Nationale de la Santé Publique de Ouahigouya, Madame Ouédraogo Aissata qui a présidé la cérémonie officielle d’ouverture ce vendredi 25 décembre 2020. Pour cette édition, elles sont plus de 100 femmes musulmanes venues des régions du Nord et du Centre pour prendre part à ce cadre de rehaussement de la spiritualité islamique et de promotion de la cohésion sociale.

Forte mobilisation des sœurs et frères lors de l’ouverture de la session

« Quelle est la place de la femme musulmane dans la société actuelle Burkinabè ? Comment œuvrer pour un meilleur ancrage de sa contribution ?» telles sont entre autres interrogations qui ont abouti au choix du thème « Rôle et place de la femme musulmane dans la société » de l’édition 2020 du séminaire régional de formation organisé par la coordination de la cellule féminine du CERFI /Nord à Ouahigouya.  Selon la coordonnatrice régionale des sœurs musulmanes du Nord, représentée par son adjointe, madame Ouédraogo Rabiatou, ce séminaire de formation des sœurs du Nord est un cadre qui leur permettra de développer différents sous thèmes afin de réfléchir sur la contribution des femmes musulmanes dans un contexte d’affichage difficile.

Vivre la vraie spiritualité et répondre aux besoins socio-économiques

Une coordination très satisfaite de l’engagement de toutes et tous pour la promotion de l’islam et la paix au Burkina

Dans un monde de plus en plus difficile pour la femme musulmane, il est de bon ton selon la coordonnatrice de la CF/CERFI Nord de travailler conformément à la vision de leur structure pour un meilleur maintien et une bonne élévation de la foi musulmane des sœurs. Venues des provinces du Kadiogo dans la région du Centre, du Loroum, Passoré, Yatenga et Zondoma dans la région du Nord, elles sont 108 femmes musulmanes à prendre part à cette deuxième édition de renforcement des compétences des sœurs musulmanes. Afin de répondre aux attentes de l’heure, les participantes se pencheront sur les questions suivantes : « Le rôle et la place de la femme musulmane dans la société ; le travail de la femme et la gestion du foyer ; la femme musulmane face au modernisme » a souligné la coordonnatrice par la voie de sa représentante.

Elles sont venues des régions du Nord et du Centre pour participer à cette session.

« Au regard des dernières données démographiques du Burkina, nous, femmes sommes les plus nombreuses avec un fort taux de jeunes de moins de 25 ans. Dans un tel contexte, nous sommes dans l’obligation d’assumer notre mission de mère, d’éducatrice,  de garante et de gestionnaire de la stabilité conjugale. C’est pourquoi, cette année encore, nous avons voulu par la grâce d’Allah tenir ce séminaire en lieu et place de la sortie. Nous traduisons, au nom de toutes les sœurs, tous les frères du CERFI, nos reconnaissances à la marraine qui nous a honoré en acceptant notre sollicitude de parrainage. » a laissé entendre Madame Sankara. Au sortir de cette session, les participantes seront mieux outillées sur les valeurs islamique et sociale afin de pouvoir jouer pleinement notre partition dans la  gestion de nos foyers et le comportement social pour une contribution à la promotion et à l’édification d’un monde meilleur dans notre pays a conclu le porte-voix de  la CF/CERFI Nord.

Une marraine inquiétée et honorée !

Madame Ouédraogo , née Ouédraogo Aissata; Marraine de l’édition 2020

Femme musulmane et directrice régionale de l’ENSP de Ouahigouya, Madame Hadja Ouédraogo Aissata, marraine de la deuxième édition a traduit toute sa reconnaissance à l’endroit de ses coreligionnaires pour le choix de sa personne. « Je voudrais traduire toute ma satisfaction pour la noble initiative de la cellule, mais aussi pour le choix de ma personne comme marraine. Nous sommes de plus en plus dans un contexte difficile pour la femme musulmane Burkinabè au regard de l’évolution de notre contexte socio-culturel. Et parler de l’identité de la mère musulmane revêt un triple sens notamment l’élévation de la spiritualité des sœurs, la stabilité socio-économique de leurs foyers et en fin leur contribution à la promotion de la paix et la cohésion sociale dans notre pays.

Une première communication qui a conne une forte inter action pour mieux comprendre

C’est pourquoi, nous n’avons pas hésité à répondre favorablement à leur sollicitude. Se tenant dans un contexte sécuritaire et sanitaire difficiles, j’ai invité nos sœurs à être des vecteurs de contribution à la sécurité en jouant leur rôle citoyen par la collaboration. Concernant la question de la santé, nous constatons qu’elles ont respecté les mesures barrières comme le port du masque et la distanciation ce qui nous protège et ainsi que les autres. Longue vie au CERFI, bon vent à la CF/CERFI du Nord et que les autres localités s’en inspirent pour un meilleur ancrage de l’islam au Burkina » s’est fortement réjouie la directrice régionale de l’ENSP de Ouahigouya.

Des sœurs mobilisées depuis le Kadiogo pour le Nord

Présente à Ouahigouya afin d’élever son niveau de spiritualité et promotion de la Paix

Madame Compaoré née Ouédraogo Rakèta fait partie de la délégation des sœurs du Kadiogo, présentes à cette deuxième édition de la formation. Pour elle, il est nécessaire pour toutes les femmes musulmanes de renforcer leur niveau de compréhension sur la religion musulmane afin de contribuer à la promotion de la paix et la cohésion sociale au Burkina. C’est pourquoi, elle avoue ne ménager aucun moyen pour vivre ces moments précieux de la vie de la CF/CERFI du Nord

Drissa Wendbark

SOCIÉTÉ