Application de l’IUTS sur les indemnités et primes des fonctionnaires de l’Etat : Le personnel de l’éducation du Centre-Ouest donne le ton en attendant les autres secteurs d’activités


Sur convocation de la coordination des syndicats du Centre-Ouest, les travailleurs de la fonction publique de la région se sont retrouvés ce lundi 24 février 2020 au Théâtre populaire de Koudougou. Cette rencontre avait un seul point à son ordre du jour à savoir donner une réponse appropriée au gouvernement sur l’application de l’IUTS sur les indemnités et primes des fonctionnaires. Et pour montrer leur détermination à contrecarrer le gouvernement, les fonctionnaires issus des différents secteurs ne se sont pas faits prier pour envahir le domaine du Théâtre populaire de Koudougou qui s’est du reste révélé trop petit pour contenir son monde.

En rappel, une vingtaine de syndicats forment la coordination des syndicats du Centre-Ouest. Et face à des travailleurs qui n’entendent pas se laisser dépouiller par l’Etat, c’est le porte parole de la coordination M. Madi Bonkoungou qui donnera le ton. Non sans avoir salué la mobilisation importante des militants et militantes des différents syndicats, Madi Bonkoungou porte parole de la coordination des syndicats du Centre-Ouest appellera l’ensemble des travailleurs du public à se mettre debout pour la lutte. Selon lui, au départ, ils ont constaté à la fin de ce mois, cette affaire de l’IUTS qu’on croyait que ça n’allait pas passer.

Le gouvernement malgré le rejet de l’ensemble des travailleurs à l’application de la coupure, a opéré le passage en force en impactant l’IUTS et les primes et indemnités sur les salaires des agents de la fonction publique. Pour éviter une situation qu’on ne souhaite pas, les syndicats avaient demandé la suppression pure et simple de l’IUTS au niveau du privé.

Cette propposition des syndicats a été porté à la connaissance du gouvernement lors d’une AG depuis le 18 décembre à Ouagadougou, et le 3 février nous avons tenu cette même AG ici à Koudougou et on a dit de ne procéder à la coupure de l’IUTS sur les indemnités et primes des agents de la fonction publique. Au cas où cela arrivait, nous avions prévenu qu’on allait se donner les moyens pour contrer cette forfaiture du gouvernement a soutenu Madi Bonkoungou.

Malheureusement c’est ce qui est arrivé et nous n’allons pas nous laisser faire. C’est se qui justifie la forte mobilisation ce 24 février au Théâtre populaire de Koudougou. Les camarades sont mobilisés pour se battre jusqu’à ce que le gouvernement revienne sur sa décision à poursuivi le porte parole des syndicats du Centre-Ouest. En attendant et comme mesure conservatoire, la coordination des syndicats du Centre-Ouest à l’issue de la rencontre de ce 24 février a décidé de ce qui suit dans le secteur de l’éducation :

1- Suspension des évaluations (phases de contrôle au préscolaire, les compositions du deuxième trimestre au primaire, post primaire et secondaire) dans tous les établissements de la région.

2- Suspension de la participation des encadreurs pédagogiques de la direction régionale des enseignements post primaire et secondaire et de la direction provinciale des enseignements post primaire et secondaire aux sorties de l’ENSK et de l’IDS programmées dans la région

3- Arrêt des dépôts des documents comptable (bilan) auprès de la DREPS et de la DPEPS

4- Arrêt de la participation des personnels d’administration et de gestion au recouvrement des frais de scolarité

5- Suspension de la participation des PAG à la session modificative des budgets des établissements du post primaire et secondaire

6- Non transmission du courrier administratif

Pour ce qui concerne les autres secteurs d’activités, des assemblées générales seront organisées pour déterminer la forme de lutte à adopter à titre conservatoire, a fait savoir Madi Bonkoungou. On note déjà que pour cette journée, beaucoup d’enseignants n’ont pas rejoint les classes après la rencontre.

Raogo Yameogo

Source: lefaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *