Village de Lilligomdé /Ouahigouya : Un jeune  homme se suicide avec le pilon de sa mère

Le village de Lilligomdé dans la commune de Ouahigouya a été endeuillé ce jour 26 février 2017 par un fait plus ou moins atypique. En effet, un jeune homme de nom de Panandé Harouna s’est ôté la vie à l’aide d’un pilon. qui appartiendrait à sa mère. Selon une source proche de la famille, le jeune homme était sous l’effet  de la drogue au moment de l’acte. Né dans les années 1985, il abusait de la drogue    de la drogue ces derniers  temps.  Retrouvé couché et ensanglanté aux environs de 11 heures par l’Imam adjoint du village, c’est en cours d’évacuation au CHU de Ouahigouya qu’il a rendu l’âme.  Le drame se serait produit dans la cours de la maman du défunt Harouna. L’enterrement a eu lieu le jour du décès   ce (26/02/ 2017) à 18 heures au cimetière du dit village à 6 km de la ville de Ouahigouya. Dans la même famille, le  petit frère du défunt  qui serait aussi abonné  à  la drogue a poignardé il y’ a environ une année un cinquantenaire dans une  mosquée tôt le matin . Selon toujours notre source, ce village enregistre plusieurs cas de consommateurs de substances psycho-actives. Une fois de plus, ce triste drame vient nous rappeler les conséquences nefastes des produit psycho-actifs sur notre jeunesse.  . Dans une interview que Faso-nord.info a eu avec, le médecin psychiatrique, Désire Nanéma du CHU de Ouahigouya , la semaine passée,  la localité de Ouahigouya est un boulevard de la drogue et bien d’autres produits dangereux comme le Tramazol. Il répondait en ces termes à notre question sur la montée du nombre de victimes de problèmes mentaux.

 

Morceau choisi de notre rencontre avec le médecin psychiatre de Ouahigouya  

 

Fasonord.info : Avez-vous, un message au sujet de cette crise collective et des maladies mentales qui sévissent dans le milieu de la jeunesse.   

Docteur DN) : La maladie mentale n’a pas de cause univoque car il y’a d’autres facteurs qui entrent en jeu. Nous sommes dans une ville frontalière où la drogue et d’autres produits circulent de partout.  Certains consommateurs ne piquent pas de crise immédiatement. C’est le contraire chez d’autres personnes où les effets se manifestent instantanément après la prise du produit. Nous invitons les populations à adopter une hygiène de vie plus saine. Notre environnement est de plus en plus pollué, les populations consomment trop de produits pschyco-actives, nocifs à la santé mentale. Et au regard de la montée des cas de troubles mentaux, la maladie mentale risque d’être l’une des premières causes de consultations si nous n’y sommes pas déjà. Présentement le Tramazol fait des ravages au sein de la jeunesse. J’invite aussi la population à aller aux consultations. Quand quelqu’un délire en présentant des troubles mentaux, c’est mieux de le conduire rapidement vers une structure sanitaire plus précisément dans un service de psychiatrie. Malheureusement les gens traînent leurs maux, souvent plus d’une ou plusieurs années, font  le tour pour d’autres solutions très subjectives avant de venir dans les services de psychiatries après qu’ils aient perdu tout espoir.

 

Faso-nord.info

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *