Circulation routière à Ouahigouya: 760 cas d’accidents dont 32 décès en trois ans

Les statistiques sur les cas d’accidents dans la circulation routière à Ouahigouya sont inquiétants.  En l’espace de trois ans (2014-2016), il a été enregistré 760 cas d’accidents dont 640 blessés et  32 décès. Dans la cité de Naaba kango, en plus de la non maitrise du code la route par un grand nombre de citoyens, il y a l’intolérance dans la circulation, l’état des routes et la divagation des animaux constituent entre autres les cause majeures des accidents .

248 cas d’accidents dont 233 blessés et 09 morts en 2016 , 233 cas provoquant 196 blessés et 07 morts en 2015 , 279 cas s’étant soldés par 211 blessés et 16 morts en 2014, les statistiques des victimes de la circulation routière à Ouahigouya font froid au dos. Ces chiffres ont été dévoilés par les sapeurs-pompiers et la police nationale lors de la table ronde de collecte de fonds pour la mise en œuvre d’un projet de promotion de la sécurité routière à Ouahigouya, tenue le 11 janvier 2017 dont l’initiatrice est l’association Feu rouge – Feu vert.  Des lieux enregistrant de nombreux accidents, selon les documents des services indiqués ou les lieux accidentogènes selon leur jargon, on retient le croisement de la route CAMEG et l’avenue de Banfora , le croisement de la route nationale N°2 et celle de la cité des forces vives , le rond-point en face de la brigade de la gendarmerie nationale , l’avenue de Mopti ; la route du maquis Sol béni et les alentours du grand marché de Ouahigouya. Au nombre des causes, l’excès de vitesse, les acrobaties sur la voie publique , la conduite en état d’ivresse ou sous l’emprise des stupéfiants , la conduite sans permis de conduire , l’usage du téléphone portable en circulation ; le défaut d’éclairage , le mauvais état des véhicules et des routes, les surcharges et surnombres , la divagation des animaux etc.Accidet T.jpgAfin de minimiser ce phénomène mortel des accidents de la route, la police, les sapeurs-pompiers et la direction régionale des infrastructures recommandent l’implication de toutes les couches de la société aux activités de sensibilisation tout en plaidant pour leur participation à la vulgarisation du code de la route et des textes en vigueur. A l’endroit de la mairie de Ouahigouya , ils ont indiqué la nécessité du déblayage  des voies à l’intérieur la ville et celles menant aux villages , l’implantation de panneaux de signalisation à certains carrefours enregistrant de nombreux accidents, le déguerpissement des occupations anarchiques aux abords des voies , l’augmentation du nombre de feux tricolores aux alentours du marché ,  la prise de mesure contre les stationnements anarchiques des camions gros porteurs , la lutte contre la divagation des animaux , l’appui aux structures œuvrant dans le domaine et l’intensification de la sensibilisation . L’association Feu rouge -feu vert compte faire du combat contre ce fléau son cheval de bataille à travers son projet de « promotion de la sécurité routière à l’intérieur de la ville de Ouahigouya ». D’ où l’organisation de cette table ronde du 11 janvier 2017 pour mobiliser des fonds.

Nous y reviendrons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *