Mariage d’enfants au Yatenga : Les chiffres sont alarmants partout

27 cas précoces en 2013, 45 en 2014 et 25 en 2015, ces chiffres issus des données de la direction provinciale de la femme, de la Solidarité nationale et de la Famille indiquent que cette pratique moyenâgeuse a toujours la peau dure au Yatenga. Sur les 25 cas détectés en mars 2015, 10 cas sont des élèves notamment 4 du primaire et 6 du post-primaire .Une enquête réalisée en 2015 par l’UNICEF présente un taux de  de1, 4 % de mariages d’enfants   de 10-14 ans dont  2,4% de filles et 0, 7% de garçons. Ce taux est de 13,5% au niveau de la tranche d’âges de 15- 18 ans pour 24,7% de filles et 4, 4% de garçons.   

DSC00046.JPG

Ces chiffres ont été fournis lors d’une conférence de presse organisée par la radio la voix du paysan pour faire le bilan des activités d’un plan intitulé « Plan de communication pour le changement de comportement des normes sociales sur l’abandon du mariage des enfants et les déperditions scolaires dans la région du Nord » , La voix du paysan a conduit la mise en œuvre de ce projet en collaboration avec la direction régionale de l’éducation nationale et de l’alphabétisation du  Nord et la direction régionale de la femme , de la solidarité nationale et de la famille .

Après d’intension activités de sensibilisation dans 20  villages de la région du Nord, les initiateurs ont formulé de fortes recommandations. Entre autres,  la révision des dispositions juridiques en vue de prévoir des sanctions à l’écart des auteurs de grossesses sur les enfants ; l’implication et la responsabilisation plus accrue des parents dans l’éducation ; le renforcement de la collaboration entre les parents d’enfants et acteurs du système éducatif dans la lutte contre le mariage des enfants, les grossesses et les déperditions. 

DSC00054.JPG

Le directeur de la Radio « La voix du paysan » Adama Sougouri  et ses collaborateurs ont également préconisé une large diffusion de l’information et le renforcement des actions à l’endroit des leaders coutumières et religieux , la promotion des foyers de jeunes filles ; des campagnes de sensibilisation sur la santé de la reproduction en milieu scolaire, la conduite de campagnes de sensibilisation sur l’utilisation des nouveaux moyens de communication :téléphones portables, ; internet, réseaux sociaux . La mise en œuvre de ce projet a été facilité grâce à l’appui financier et technique l’UNICEF.

Faso nord info 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *