De Ouahigouya à Genève à pied

1150 coureurs ont pris part à la première édition de la course de l’escalade Ouahigouya-Genève   le samedi 03 décembre 2016 organisée   par l’association Bilufu-Bilufu   à la place de la nation.

 

Que de monde à la place de la nation de Ouahigouya au cours de cette soirée du samedi 03 décembre 2016. A 14 h, malgré le soleil, les inscrits de la petite catégorie étaient sur la ligne du départ. Les mômes n’ont pas marchandé leur participation à cette compétition. Après avoir bouclé le circuit que leur était tracé, ils ont fait la place aux autres catégories notamment les minimes, les cadets, les juniors, les seniors et les vétérans. Les handicapés ont aussi fortement répondu à l’appel des organisateurs.  Pour la circonstance, André Buhler de l’association Bilufu – Bilufu et son équipe ont mis les petits plats dans les grands pour inscrire cette activité en lettres d’or dans le registre des activités sportives dans la cité de NABA-Kango. Celui-là à qui a été confié la direction technique de la compétition est venue de la France en la personne de Didier.

Des récompenses pour tous                                                            Au regard de la forte mobilisation des différentes couches de la société sur l’aire de la place de la nation, l’on pourrait dire que le coup d’essai a été un coup de maître. Profitant de l’occasion pour se débarrasser des déchets nuisibles au corps à travers cet exercice hautement éprouvant, les participants sont repartis les bras chargés de cadeaux. Les plus nantis étaient les premiers de chaque catégorie ayant reçu en plus des trophées, de l’argent et des tee-shirts. Plus garnies étaient également les récompenses accordées au 2ème et au 3ème de chaque catégorie. Mais au finish, personne n’a été oubliée, tous les participants ont bénéficié de primes d’encouragement. A la fin, le président du comité d’organisation Omar Ouédraogo se frottait les mains, se réjouissant de voir le spectacle prendre fin en toute beauté, sans le moindre incident majeur. Il relève cependant que certains inscrits ne maitrisaient pas les principes et le règlement de la compétition, comme pour dire qu’il faut mettre l’accent dans la préparation l’année prochaine.Un sentiment de devoir accompli

Le suisse André Buhler laissait percevoir un ouf de soulagement et de devoir accompli. Il a donné beaucoup de sa personne pour assurer la réussite de l’évènement. A peine les lampions de la première édition se sont éteints qu’il pense déjà à la prochaine édition en annonçant son intention de faire courir les inscrits en un groupe. Son souhait est de voir l’inscription de peaux blanches à la future édition. S’affichant comme partenaire de cette aventure de rapprocher Ouahigouya à Genève par cette course à pied, ECOBANK à travers sa responsable de sa représentation régionale à Ouahigouya a assisté à la compétition de bout en bout.  Il faut le dire, cette course se veut une tribune de rapprochement entre les peuples du Nord et du Sud à travers l’histoire. Pour mieux apprécier la portée de cette course, il faut repartir dans les années 1600 quand la Suisse, république riche et prospère se faisait admirer par les Savoyards. Charles Emmanuel 1er nourrissait l’idée de conquérir Genève et d’en faire la capable des Alpes. Il met son plan en exécution en décembre 1602 en faisant débarquer 2000 soldats devant escalader le mur entourant la ville Genève afin de prendre ses habitants en otage. Les agressés ont opposés une résistance farouche aux envahisseurs qui finissent par battre en retraite.

Un esprit sain dans un corps sain

L’initiateur de la Course très satisfait de la grande mobilisation des jeunes enfants

Cette attaque avortée est célébrée à Genève chaque année sous le symbole de la course de l’Escalade de Genève. C’est certainement pour partager cette bravoure des Genevois que le ressortissant de cette ville œuvrant dans le milieu associatif à Ouahigouya par le biais de l’association Bilufu-Bilufu a décidé de la tenue de cette course dans sa ville d’accueil. La fondation de l’Escalade à Genève a naturellement accompagné la mise en œuvre de l’idée de l’organisation de cette belle histoire de Genève, à mille lieues, notamment Ouahigouya, ville d’un ancien redoutable chef de Guerre qu’est Naba-Kango. Loin de vouloir rallumer une   nostalgie du passé, André Buhler s’empressera d’insister, arguant que cette course de l’escalade participe à l’épanouissement du corps humain   et véhicule du même coup   la pratique d’une alimentation saine et équilibrée à travers la promotion de produits comme la spiruline, la banane, le poisson, la carotte en lieu et place du sel, des corps gras et du sucre.

Faso nord info

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *