Grossesses en milieu scolaire au Passoré : 38 élèves victimes dont une de 11 ans violée, deux(2) en classe de CM1

Le phénomène des grossesses non désirées a la peau dure dans la province du Passoré , région du Nord du Burkina Faso . Une étude menée par le Cadre de concertation des associations et ONG en éducation  de base au cours de l’année 2016,  présente un bilan effroyable.  Face à la persistance de ce fléau empêchant les jeunes filles de poursuivre leurs études, l’Association Solidarité et Entraine Mutuelle au Sahel  ‘SEMUS’, basée a Yako  et l’ONG Christian Aid se sont donnés les moyens pour riposter. Elles l’ont exprimé au cours d’une rencontre tenue le jeudi 04  mai 2017.

   

Une étude menée par le Cadre de concertation des ONG et associations actives en éducation de base dans 17 établissements scolaires  de la province du Passoré présente 38 cas de grossesses non désirées dont 2 filles de la classe de CM1. Une des 38 victimes, âgée de 11 ans a été victime d’un viol. Dans la majorité des cas, les filles qui se retrouvent dans cette situation abandonnent l’école. Il arrive que certaines, chassées par leurs géniteurs, sont contraintes d’user de tous les moyens pour survivre. Ce fléau constitue une  menace sérieuse pour l’épanouissement et la réussite des jeunes filles. S’il persiste malgré les multiples  formes de lutte menées par l’Etat et de nombreuses structures associations, SEMUS et Christian Aid n’entendent pas céder au découragement.  Leur première réaction ce n’est d’en faire un sujet tabou. images.jpg

D’où cet atelier de réflexion du 4 mai 2017 qui a regroupé des chefs de village, des  responsables de services déconcentrés de l’administration, des autorités locales, des religieux et des élèves. Y étaient également le président de l’association SEMUS , Mahamady Sawadogo et la représentante de l’ONG christian Aid Mme Aissata Kabré . Et pour traduire leur volonté d’impliquer toutes les couches sociales dans le combat, la  présidence de  la rencontre a été confiée au Haut commissaire de la province du Passoré, Adama  Jean Yves Béré. Dans sa présentation Tanga Ramdé , le chef d’orchestre du projet « Kombi-Ribo » , une autre initiative de SEMUS a fait savoir que cette riposte contre les grossesses non désirée est matérialisée sous le couvert d’un projet d’une durée de 07 mois .Les activités seront conduites dans 6 établissements des communes de Yako et de Arbollé.  Les intenses débats au cours de ce cadre de réflexion ont accouché de fortes recommandations. Il s’agit entre autres de la prise de mesures d’accompagnement pour permettre l’achèvement du cursus   des victimes de grossesses non désirées , la création de centres d’apprentissage, la formation et la sensibilisation, l’implication efficiente des chefs coutumiers et religieux, la facilitation de l’accès aux méthodes contraceptives, la création de clubs de plaidoyer et de sensibilisation dans les établissements , la conduite d’une campagne de plaidoyer pour l’introduction de l’éducation à la vie familiale à partir du post-primaire . Les participants sont repartis avec le  ferme engagement de jeter leur force dans cette bataille pour l’épanouissement de la jeune fille.

Faso-nord .Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *